L’adoration du saint sacrement

368345

                                L’ADORATION DU SAINT SACREMENT

« Venez dans la maison du Seigneur, lui rendre grâce,

dans sa demeure chanter ses louanges ;

rendez-lui grâce et bénissez son nom. »

(Ps 100[99])

Mais qu’est-ce que l’adoration eucharistique ?

L’adoration est une invitation d’un Dieu-Père à rencontrer le Christ dans une relation vivante et profonde, dans une  relation finalement transformante de notre vie.

Adorer Dieu, c’est le reconnaître comme Dieu, comme le Créateur et le Sauveur, le Seigneur et le Maître de tout ce qui existe, l’Amour infini et miséricordieux.

« Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et c’est à lui seul que tu rendras un culte.»

(Lc  4,8)(CEC 2096)

= = = = =

« L’adoration eucharistique a pour objet la divine personne de notre Seigneur Jésus-Christ présent au Très Saint Sacrement. Il est vivant, Il veut que nous lui parlions. Il nous parlera. Et ce colloque, qui s’établit entre l’âme et notre Seigneur, c’est la vraie méditation eucharistique, c’est l’adoration. »      (Sainte Thérèse d’Avila).

= = = = =

Rencontrer le Christ non seulement dans son humanité, mais aussi dans son « être-Dieu ». Cette rencontre est pour nous source de richesse infinie :

–      Dieu se fait tout proche de nous. « Dieu se fait homme pour que l’homme devienne Dieu » (Saint Irénée)

–      Dieu manifeste sa miséricorde : il nous console, nous relève, nous guérit.

–      Dans cette rencontre, l’Esprit Saint nous est donné et nous sommes formés à la science de l’Amour de Dieu.

= = = = =

L’adoration eucharistique est une prière de louange et d’action de grâces, c’est-à-dire de reconnaissance et de remerciement pour la bonté de Dieu, accessible à tous. Aujourd’hui, on redécouvre que l’on peut vraiment vivre cette adoration, et vivre de cette adoration (en lien avec la célébration eucharistique).

Dans le silence, oubliez vos fardeaux, vos fiertés, vos réussites ou vos échecs ; restez simple et confiant, à genoux ou assis. Dieu est là, vous écoute et vous parle.

L’adoration est une expérience d’ouverture à une authentique relation avec le Seigneur de la Vie. Dans cette relation, l’accueil et la contemplation du vrai visage de Dieu deviennent féconds et transforment l’âme humaine.

Dieu se cherche des adorateurs à qui proposer une authentique rencontre qui bouleversera, transformera en son amour, ceux qui répondront à son invitation.

Voilà le sens de l’adoration : être et rester en présence du Dieu vivant pour Lui ouvrir simplement notre âme et apprendre à recevoir filialement. Se donner et recevoir en même temps, n’est-ce pas le mouvement de l’amour ?

= = = = =

Allez à notre Seigneur comme vous êtes : ayez une méditation naturelle. Epuisez votre fond de piété et d’amour avant de vous servir de livres. Qu’un livre pieux vous accompagne pour vous remettre en bonne voie quand l’esprit s’égare ou quand vos sens s’assoupissent, c’est très bien ; mais rappelez-vous que notre Seigneur préfère la pauvreté de notre cœur aux plus sublimes pensées et affections empruntées aux autres. Sachez que notre Seigneur veut notre cœur et non celui des autres.

Commencez toutes vos adorations par un acte d’amour, et vous ouvrirez délicatement votre âme à son action divine. C’est parce que vous commencez par vous-même que vous vous arrêtez en chemin ; ou bien si vous commencez par une autre vertu que l’amour, vous faites fausse route.

L’amour est la seule porte du cœur.

Alors Jésus, content de vous, vous parlera de lui-même.

Pour bien adorer, il faut se rappeler que Jésus-Christ, présent dans l’Eucharistie, glorifie et y continue les mystères de toutes les vertus de sa vie mortelle. Il faut se rappeler que l’Eucharistie, c’est Jésus-Christ passé, présent et futur (Hb 13,8).

«  Dieu est amour » (1 Jn 4, 16)

Je T’adore, Créateur et Seigneur, caché dans le Très Saint Sacrement. Je T’adore pour toutes les œuvres de Tes mains dans lesquelles apparaissent tant de sagesse, de bonté et de miséricorde. Ô Seigneur, tu as semé tant de beauté par toute la terre, et elle me parle de Ta beauté, bien qu’elle ne soit que Ton faible reflet,  inconcevable Beauté.

Quoique  Tu Te sois caché et dissimulé et que Tu aies dissimulé Ta beauté, mon œil illuminé par la foi T’atteint et mon âme reconnaît son Créateur, son Bien suprême, et mon cœur entier sombre dans la prière de louange.

Mon Créateur et mon Seigneur, Ta bonté m’a encouragée à Te parler. Ta miséricorde fait disparaître l’abîme qui existe entre nous, qui sépare le Créateur de sa créature. Parler avec Toi, ô Seigneur est le délice de mon cœur ; je trouve en Toi tout ce que mon cœur peut désirer. Là Ta lumière éclaire mon esprit et le rend capable de te connaître toujours plus profondément. Là sur mon cœur se déversent des torrents de grâces, là mon âme puise la vie éternelle.

Ô mon Créateur et mon Seigneur, au-dessus de tous ces dons, Toi, Tu Te donnes Toi-même à moi, et Tu T’unis étroitement avec ta misérable créature. Ici nos cœurs se comprennent  au-delà des mots ; ici personne n’est capable d’interrompre notre conversation. Ce dont je parle avec Toi, ô Jésus, c’est notre secret, que les créatures ne connaîtront pas, et les anges n’ont pas l’audace de le demander. Ce sont de secrets pardons que seuls Jésus et moi savons : c’est le secret de la miséricorde qui enveloppe chaque âme en particulier.

Toi Seigneur, dans Ta miséricorde, Tu nous donnes la vie éternelle. Tu nous admets à Ton bonheur éternel et Tu nous fait participer à Ta vie intérieure, et Tu le fais uniquement à cause de Ta miséricorde. Tu nous combles ainsi de Ta grâce, uniquement parce que Tu es bon et plein d’amour. Nous n’étions pas  nécessaires à Ton bonheur, Seigneur, mais Tu veux partager Ton propre bonheur avec nous.

Ô Dieu de grande miséricorde, Bonté infinie, voilà qu’aujourd’hui l’humanité tout entière appelle de l’abîme de sa misère Ta miséricorde, Ta pitié, ô Dieu, et elle appelle avec la puissante voix de la misère. Dieu bienveillant, ne rejette pas les prières des exilés de cette terre. Ô Seigneur, Bonté inconcevable, qui connais à fond notre misère et qui sais que  nous ne pourrions de nos propres forces nous élever jusqu’à Toi, c’est pourquoi nous T’en supplions, devance-nous de Ta grâce et augmente sans cesse en nous Ta miséricorde, afin que nous accomplissions fidèlement Ta sainte volonté durant toute notre vie, ainsi qu’à l’heure de notre mort.

Pour cette inconcevable bonté, je T’adore, mon Créateur et mon Seigneur, de tout mon cœur et de toute mon âme. Et quoique mon adoration soit si pauvre et si petite, je suis cependant en paix, car je sais que Toi Tu sais qu’elle est sincère malgré son incapacité.

(D’après sœur Faustine) 

= = = = =

Psaume 145 (144)

Louange au Seigneur Dieu.

Je t’exalte, ô Roi mon Dieu,

Je bénis ton nom toujours et à jamais.
Je veux te bénir chaque jour,

Je louerai ton nom toujours et à jamais.
Grand est le Seigneur et louable hautement,

 à sa grandeur point de mesure.

 

Un âge à l’autre vantera tes œuvres

fera connaître tes prouesses.
Splendeur de gloire, ton renom !

Je me répète le récit de tes merveilles.

 

On dira ta puissance de terreurs,

 et moi je raconterai ta grandeur.

On fera mémoire de ton immense bonté

On acclamera ta justice.

 

Le Seigneur est tendresse et pitié,

lent à la colère et plein d’amour.
Il est bon, le Seigneur envers tous,

et ses tendresses pour toutes ses œuvres.

 

Que toutes tes œuvres te rendent grâce, Seigneur,

que tes amis te bénissent.

Qu’ils disent la gloire de ton règne,

Qu’ils parlent de ta prouesse

pour faire connaître aux fils d’Adam tes prouesses,

la splendeur de gloire de ton règne !

Ton règne, un règne pour tous les siècles,

ton empire pour les âges des âges !

 

Le Seigneur est vérité en toutes ses paroles,

amour en toutes ses œuvres ;

Le Seigneur retient tous ceux qui tombent,

redresse tous ceux qui sont courbés.

 

Tous ont les yeux sur toi, ils espèrent ;

Tu leur donnes la nourriture en son temps ;

Toi, tu ouvres la main

et rassasies tout vivant à plaisir.

 

Le Seigneur est justice en toutes ses voies,

fidèle en toutes ses œuvres ;

Proche est le Seigneur de ceux qui l’invoquent,

de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

Que ma bouche dise la louange de Dieu,

Que toute chair bénisse son saint nom,

toujours et à jamais !

= = = = =

Dans la paroisse, le Seigneur Jésus est adoré :

– tous les jours à partir de 17h45 avant la messe de 18h30 à l’abbatiale.

– le dimanche à 18h à l’abbatiale avant les vêpres de 18h30.

– les premiers vendredis du mois après la messe de 11h15 et jusqu’à 18h30 chez les sœurs de Château l’Evêque